3-Merci Elena

Gênes le 6/04/93

Cher Roberto,

J’aurais voulu t’appeler, mais j’avais trop peur de te déranger et alors je ne l’ai pas fait.

Mais je ressens le besoin de te dire combien je suis désolée pour ce qui t’est arrivé. S’il y a bien quelqu’un d’intègre, loin du système, c’est bien TOI. Et je te dirai que lorsque mon mari m’a dit qu’il avait lu dans le journal que tu avais été nommé au conseil d’administration de l’Efim, je voulais t’écrire quelques mots pour te dire que je craignais que cette nomination n’était pas une bonne chose pour toi.

Je peux comprendre que tu as grandi au sein du parti et que ce sont là des étapes peut-être inévitables. Mais tu avais un potentiel à protéger, tu étais différent et ils ne devaient pas t’impliquer.

J’espère sincèrement que l’on pourra prouver quelle bonne personne tu es et que tu pourras encore t’engager avec toutes les qualités qui sont les tiennes et que tu souhaiterais avant tout, j’en suis certaine, pouvoir appliquer.

Je garde un excellent souvenir de ta maman et en tant que grand-mère j’ai ressenti le besoin de te souhaiter en toute sincérité et avec affection une bonne chance, en espérant que cette  tempête passe le plus vite possible et que tu retrouves la sérénité dans ton travail et dans ta famille.

Courage, Roberto, parce que l’avenir, tel que nous le souhaitons tous,  a besoin de personnes comme toi.

Quand tout sera fini et si tu en as envie, on se contacte.

Elena.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *